• Amelie Pelletier

Prendre l'air

Mis à jour : 7 janv. 2019

Pour moi qui aime tant lire et tant écrire, je fais face depuis quelques mois à une barrière.

Je me suis rendue compte à quel point j'avais beaucoup de mal à me livrer, à m'ouvrir, à dévoiler un peu de ma vie de façon simple.

Ecrire de la poésie, jeter des notes dans mes cahiers c'est si simple pour moi. C'est mon jardin, celui pour lequel j'ai la clé. Pas de regard, pas de jugement, pas de critique même bienveillante. La liberté...

Ce sont mes mots, mes erreurs, mes fautes, mes espaces de liberté, ma cour de récré.


J'ai pris conscience récemment que toute ma vie, j'ai le plus souvent possible, fait en sorte de me cacher, de ne pas trop me mêler aux autres, de garder cette place distante de l'observatrice, d'éviter les conversations surtout celles trop houleuses où il faut donner son avis, défendre son point de vue.

Je l'aime mon terrier et pourtant je sens qu'il arrive ce moment où il va falloir que je me décide à montrer plus que le point de ma gueule de louve, mettre une patte dehors...


Pour moi qui a grandi au soleil, les saisons de l'automne et de l'hiver sont toujours un peu délicates a passer. Je les apprécie en tant que photographe pour la beauté des couleurs, des matins de feu ou des matins où les nuages descendent au raz du sol et donnent l'impression que nous habitons une autre planète.


Ce sont des saisons plus dures pour le moral car me reviennent souvent en mémoire des temps de mon enfance où il suffisait de mettre des tongues pour aller dehors ou juste marcher pieds nus sur les cailloux.

Et puis, mon corps n'est simplement pas constitué pour le froid. Mais quand même, prendre l'air avec des enfants à bas age c'est vital...et puis, ce besoin profond d'être près de la nature, de leur parler d'elle, de la voir, de la sentir, de la toucher, de lui parler doucement, de l'écouter attentivement.

C'est tellement bon après, de rentrer au chaud, de se coller à la cheminée et de savourer une tasse de thé bien chaud.


Alors, si moi, mes souvenirs d'enfance me transportent loin au bord du fleuve Niger, sur des pirogues, des dos d'âne, les pieds dans la poussière ou le sable des dunes dans les cheveux, mes enfants eux se souviendront de nos bouts de bois, des froids dimanche d'automne, du calme de la Mayenne, des gaufres, du chocolat, des feux de cheminées et de tant d'autres petits rituels que nous créons pour eux.



#photographelaval #photographedefamille #reportagephotos #photodocumentairedefamille #photographerennes #photographeangers #photographeparis #photographelifestyle #lifestylefamille


© AMELIE PELLETIER PHOTOGRAPHY 2020 - tel: 06.86.98.30.48 - Siret: 832 838 411

Mentions légales